New York City Police Department


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

I think I just saw a ghost (PV Rick ღ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Katherine H. Castle
NYPD

Parti politique : Parti démocrate
Résumé de ma vie : "Just please don't say you love me 'cause I might not say it back. Doesn't mean my heart stops skipping when you look at me like that."



"L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. Il pourrait anéantir impitoyablement tout ce qui se trouve en travers de son chemin."


"I may not have carried you for nine months but I will spend the rest of my life loving you, protecting you and doing whatever I need to make you happy."



"Dear daddy, I may find a prince someday but you'll always be my king."


"Dear stepmother, your warmth and understanding, your caring and loving ways are just some of the special things you do to give me happy days."


"Friends are the family we choose for ourselves."





Féminin Aventures vécues : 1265
Age : 37
Logement : Vit en couple dans un Loft à Upper East Side avec Richard Castle et Alexis Castle
Emploi/étude : Capitaine à la Criminelle Service Area 5 #41319
Situation Amoureuse : Mariée à Richard Castle + Ashley, cette merveilleuse petite princesse. ♥

Carte d'identité
Ma santé:
100/100  (100/100)
Situation Actuelle:
Mes amis, mes amours, mes emmerdes:
MessageSujet: I think I just saw a ghost (PV Rick ღ) 30th Mars 2017, 20:26






Richard Castle - Katherine H. Beckett
“ I think I just saw a ghost ”



Cinq semaines. Je suis sensée accouchée d'ici cinq semaines. Toutes femmes normales se reposerais à la fin de son huitième mois de grossesse, mais pas moi. Certes, j'ai mal au dos et je suis passée des hauts talons à quelque chose de plus petit niveau taille mais je suis toujours sur mes pieds mais pas seulement. Je suis surtout toujours au poste. Pas tous les jours, certes, mais j'y vais encore de temps en temps pour m'occuper de la paperasse et vérifier que mes agents ne font pas n'importe quoi en mon absence. Comme le dit si bien la citation "Lorsque le chat n'est pas là, les souris dansent." et je m'assure de bien veiller sur ce qu'ils font et ce, jusqu'au bout de ma grossesse! Comment ça, je ne change pas sur certains points? Je ne vois absolument pas de quoi vous parlez... Enfin, je suis déjà plus mariée à mon travail. C'est déjà pas mal, vous pensez pas? Quand on voit qu'avant j'y travaillais nuit et jour, que je carburais au café et qu'il m'arrivait même de ne pas rentrer chez moi.

En même temps, ma grossesse, on peut pas la louper. Je suis enceinte jusqu'au nez et l'accouchement approche à grand pas mais j'essaie de rester un minimum calme à la situation. Après tout, j'ai déjà préparer mon sac pour aller à l'hôpital afin d'accoucher, j'ai enfin terminé sa chambre et toutes ses affaires sont bien rangées. Pour moi, cette petite princesse peut arriver quand elle sera prête. Pourtant, j'ai jamais été du genre stressée. Les enfants, c'était pas pour moi mais quand je me suis retrouvée sur le fait accompli et que la décision me revenait entièrement... Disons que ça a été une affaire totalement différente. Je me voyais mal aller me faire avorter et je l'ai gardé. En y repensant, ce n'est pas quelque chose que je regrette. Je sais que ma vie va changer entièrement, que je devrais faire attention à elle mais aussi à moi. Pourtant, je suis prête à le faire.

J'étais installée dans mon bureau, occupée à faire de la paperasse pendant une heure alors que je ressens l'envie de boire un café. Je me lève donc afin de me préparer un décaféiné alors que j'aperçois un visage... Ce visage familier de l'homme que j'ai tant aimé, de cet homme que j'allais épouser. Je deviens pâle, j'admettrais me sentir assez mal. Bon Dieu, jetez moi de l'eau froide en plein visage! Eveillez moi parce que je rêve debout ! Non, ce n'est pas possible. Ce n'est pas lui, je me fais des hallucinations... Pincez moi ! Je cligne des yeux une fois, deux fois, trois fois mais rien n'y fait. Il est toujours là. Ce n'est pas lui, ça doit être un homme qui lui ressemble. Mon fiancé a disparu le jour de notre mariage, comment voulez-vous qu'il soit là après tant de temps? Je veux pas y croire, je refuse tout simplement! Comment j'aurais pu oublier cet homme qui a partager plusieurs années de ma vie? Cet homme qui s'est battu pour moi et qui m'a littéralement sauver la vie plus d'une fois? Cet homme là, je l'ai toujours aimé comme une folle, je n'ai jamais pu l'oublier même si j'ai tenté d'avancer. C'était l'amour de ma vie, celui avec qui j'allais me marier et fonder une famille mais malheureusement, ma vie a rapidement tourné au drame. Apparemment, la sienne aussi.

Comme vous l'aurez compris, j'entre dans un gros débat intérieur avec moi même et c'est la guerre. Je suis tellement perturbée et confuse que je ne remarque même pas qu'il s'approche de moi. Intérieurement? Je veux pleurer, frapper dans les murs ou faire de la boxe mais soyons raisonnables... La première option? J'aime ressembler à cette femme forte dont je donne l'apparence. La seconde et la dernière option? Je suis enceinte, ça ne serait pas raisonnable. Alors que j'essaie de me résonner intérieurement, il s'agit d'une toute autre affaire côté extérieur. J'ai l'air calme, certes, mais également pensive. On serait loin de se douter de ce qu'il se produit. C'est seulement au bout d'un moment que je relève la tête et le voit. J'ai envie de poser mes mains sur son visage afin de m'assurer que c'est lui, mais je ne bouge pas d'un seul centimètre. Jusque là, je suis encore incapable de prononcer quelque chose. Et si c'était lui? Et si c'était bel et bien Rick? J'ai toujours cru qu'il était mort. Après tout, on a découvert sa voiture en feu après le mariage et il n'était pas dedans. Seulement, je ne voulais pas me dire qu'il ai pu partir, me laisser en plan le jour de notre mariage. J'ai toujours cru en lui, en ses sentiments. C'est pas croyable, il doit avoir une excuse parce que je refuse de me dire qu'il s'est enfui de lui-même. J'ai jamais voulu me marier sauf avec lui. Il a su briser ma carapace, j'ai su voir un avenir avec lui. Il m'a rendue heureuse comme personne et pour moi, il a du se passer quelque chose pour qu'il ne me rejoigne pas dans sa maison aux Hamptons le jour de notre mariage. Vous savez, ce jour qui était sensé être le plus beau jour de notre vie ?


par humdrum sur ninetofive






_________________
Only you can give me that feeling
Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Richard Castle
New-Yorkais

Masculin Aventures vécues : 150
Age : 44
Logement : En couple dans un Loft à Upper East Side avec Kate Beckett et sa fille Alexis
Emploi/étude : Ecrivain
Situation Amoureuse : C'est compliqué

Carte d'identité
Ma santé:
100/100  (100/100)
Situation Actuelle:
Mes amis, mes amours, mes emmerdes:
MessageSujet: Re: I think I just saw a ghost (PV Rick ღ) 13th Avril 2017, 23:15

Depuis mon retour à New York, je dois bien admettre que je suis totalement perdu. Moi qui pensais que reprendre mes marques serait des plus faciles, je dois dire que je tombe de haut, très haut. Il faut dire aussi que je reviens de loin. Les médecins m'ont parlé de quatre mois, où j'aurais disparu dans la nature. Et lorsqu'on m'a retrouvé, je dérivais, au large des côtes, dans une barque de fortune. Ce que j'y faisais, totalement déshydraté et à moitié mort ? Je n'en ai encore aujourd'hui aucune idée. D'ailleurs... ce serait mentir, si je vous disais que je me souviens parfaitement de ces mois passés. Tout ce dont je me souviens, c'est... du jour de ma disparition, qui était censé être le plus beau jour de ma vie. Kate et moi allions nous marier, enfin, on aurait pu vivre la vie à laquelle on aspirait tous les deux. Seulement voilà. Vous savez ce qu'on dit: les choses ne se passent jamais comme on les avait imaginées ! Et même si j'avais pensé à quelques scénarios catastrophe qui m'auraient préparé à ce que je pensais être le pire, j'avoue que je n'avais pas pris en compte cette fameuse voiture, qui m'a pressé jusqu'à ce que je fasse un écart, et chute quelques centaines de mètres plus bas. C'est depuis cet instant, qu'un trou noir permanent s'est installé dans ma tête. Et croyez moi sur parole, ça n'est pas si drôle que ça.

Une fois réveillé dans ma chambre d'hopital, j'ai immédiatement demandé à voir celle qui allait être ma femme, et que j'aimais plus que tout au monde. Sauf qu'une fois encore, tout ne s'est pas déroulé comme prévu. Ma mère, ainsi qu'Alexis m'ont expliqué que ça n'allait pas être possible. Elle a sans doute du croire que je l'avais abandonnée, que je m'étais défilé. Peut être même que tout ce que j'avais pu lui dire sonnait comme un mensonge pour elle, qui n'aurait été qu'une fille de plus sur mon tableau de chasse, comme elle en avait peur, lorsque l'on s'était rencontrés et que déjà à cette époque, je lui faisais des avances, pour m'amuser, dans un premier temps. Mais c'était loin d'être le cas par la suite. Je l'aimais sincèrement, comme je n'avais jamais aimé au par avant. Gina et Meredith pourraient bien aller se rhabiller, parce que très sincèrement, elles auraient été loin du compte... Et pourtant, Mérédith est la mère de ce qui est le plus cher à mes yeux aujourd'hui. Ma fille.

En apprenant qu'elle était parti, j'ai d'abord été inconsolable. Je m'en voulais terriblement, ne savais plus quoi faire, et tenir un stylo était jusqu'alors impossible. Après tout, qu'est ce qu'un écrivain sans sa muse, si ce n'est qu'une pâle copie de lui même, sans l'essence même de sa créativité ? Une sorte de coquille vide, en somme. Et bon dieu, que je haïssais me laisser couler doucement mais surement dans cette mélancolie sans nom ! Peu à peu, je devenais une coquille vide, sous le regard inquiet de ma mère et d'Alexis. Je mourrais de honte, ne sachant plus quoi faire. Mais... Ca ne pouvait pas se terminer ainsi. Ca ne pouvait pas être la fin de Richard Castle. Pas comme ça, pas maintenant. Pas de cette façon ridicule. Et puis... tout n'était pas perdu, je n'avais qu'à aller la retrouver, lui expliquer le peu dont je me souvennais ! Elle me prendrait sans doute pour un fou, peut être penserait elle que j'ai inventé tout ça. Après tout, c'est facile, d'imaginer de telles histoires, lorsque l'on est romancier. Je souris quelques instants. Cette phrase sonne dans ma tête comme un rappel de ce qu'était ma vie d'avant. Ryan, Esposito et Kate me l'ont tellement serinée au cours de ces dernières années, que même amnésique, je pourrais m'en souvenir. Et c'est d'ailleurs ce qui se passe actuellement. Et qui fait le déclic dont j'avais besoin. Kate est peut être partie, mais j'ai besoin d'elle, ne serait ce que de la revoir. De m'excuser de ne pas avoir été a ses côtés alors qu'il l'aurait fallu. Alors c'est tout naturellement que je vais jeter un oeil au poste, d'instinct. Après tout... elle ne peut pas avoir quitté la ville, son travail qui est toute sa vie... c'est très peu probable la connaissant.

Ce matin là, j'ai un mal de ventre terrible. Quelques raideurs encore présentes à cause ces mois fantômes se font sentir, et m'arrachent une grimace à mon lever. Et à l'idée de retourner au commissariat comme au bon vieux temps m'angoisse, me donne la nausée. Pourtant, je sais que c'est ce qu'il faut faire. J'en ai besoin, en attendant de retrouver la mémoire, je voudrais au moins retrouver quelques repères. C'est légitime, non ? Enfin soit. Une fois habillé d'une de mes éternelles chemises surmontée de la veste de mon costume, d'un jeans sombre et de chaussures de ville noires tout ce qu'il y a de plus classique, je prends ma voiture, et m'arrête au starbucks, afin de prendre ces cafés, que l'on avait l'habitude de partager, le matin, alors que nous faisions équipe. Et une fois celui-ci en ma posséssion, je fonce au poste, comme j'avais pour habitude de le faire. A ma grande surprise, je ne croise pas Ryan et Espo. C'est d'autant plus étrange que leurs noms sont toujours sur leurs bureaux respectifs. Peut être sont-ils en intervention ? Mais peu importe. Car ce qui me préoccupe pour l'instant c'est "elle". Celle là même a qui j'ai pensé tous les jours durant ces mois à me morfondre. Celle là même, à qui j'ai encore pensé en me réveillant à l'hopital. Celle avec qui j'aurais du me marier. Mais j'avoue bien vite déchanter lorsque... je pose le regard sur le profil qu'un petit habitant lui fait sous le nombril. Alors comme ça... elle a retrouvé quelqu'un ? Ceci dit... c'est peut être mieux pour elle. Mais moi qui voulais lui sortir le couplet du "always" qu'on aimait tant se rappeler afin de ne pas perdre pied... je crois que c'est raté. Ce serait extrêmement déplacé de ma part. Je devrais peut être même partir. A près tout, à part les criminels, il n'y a pas grand monde, qui m'aie vu. Seulement... la voilà qui se retourne. C'est trop tard, je ne peux plus reculer. Me raclant discrètement la gorge, soufflant un maximum afin de ne pas perdre la face, je lui adresse un léger sourire avant de m'approcher d'elle, entrant dans la salle de repos. Et posant mon café sur la table alors que je lui tends le second, je lui lance la première chose qui me passe par la tête. Après "je t'aime" et "ne me laisse pas"... La troisième, en somme. -oui, bon, je suis écrivain, pas mathématicien, y'a prescription !- baissant les yeux avant d'oser poser à nouveau le regard sur elle... :

- Je suis désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Katherine H. Castle
NYPD

Parti politique : Parti démocrate
Résumé de ma vie : "Just please don't say you love me 'cause I might not say it back. Doesn't mean my heart stops skipping when you look at me like that."



"L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. Il pourrait anéantir impitoyablement tout ce qui se trouve en travers de son chemin."


"I may not have carried you for nine months but I will spend the rest of my life loving you, protecting you and doing whatever I need to make you happy."



"Dear daddy, I may find a prince someday but you'll always be my king."


"Dear stepmother, your warmth and understanding, your caring and loving ways are just some of the special things you do to give me happy days."


"Friends are the family we choose for ourselves."





Féminin Aventures vécues : 1265
Age : 37
Logement : Vit en couple dans un Loft à Upper East Side avec Richard Castle et Alexis Castle
Emploi/étude : Capitaine à la Criminelle Service Area 5 #41319
Situation Amoureuse : Mariée à Richard Castle + Ashley, cette merveilleuse petite princesse. ♥

Carte d'identité
Ma santé:
100/100  (100/100)
Situation Actuelle:
Mes amis, mes amours, mes emmerdes:
MessageSujet: Re: I think I just saw a ghost (PV Rick ღ) 25th Avril 2017, 11:48






Richard Castle - Katherine H. Beckett
“ I think I just saw a ghost ”



J'ai aimé cet homme. Il m'a tapé sur les nerfs, son comportement enfantin m'a agacée mais d'un côté... Qu'est ce que je serais, sans lui? Cette femme que j'étais avant? Cette handicapée des sentiments qui repousse quiconque qui ose se mettre en travers de son chemin, même sentimentalement parlant? Celle qui n'osait plus s'attacher à qui que ce soit depuis le meurtre de sa mère? Cela ne pouvait pas durer indéfiniment. Ce petit jeu a trop durer. C'est lui qui a débarqué avec tout son attirail pour briser ces murs. Peut-être un défi? Peut-être de réels sentiments? Dans le fond, nous jouions plus au jeu du chat qu'autre chose. J'ai cru avoir toutes les cartes en mains, pouvoir le battre à plat de couture à son jeu mais il m'a devancée. Je suis tombée amoureuse de lui, je suis tombée dans cette incertitude qu'est l'amour mais pour lui? J'étais plus que prête à le faire, plus que prête à perdre.

Son départ m'a hantée. J'étais anéantie, j'en faisais des cauchemars la nuit. Ça me rendait malade, je voulais simplement me dire que non, il n'a pas pu partir ainsi le jour de notre mariage, le jour qui devait être le plus heureux de toute ma vie. Je voulais me dire que non, il n'avait pas fuit face à cet engagement qui devait nous unir. Heureusement que Ryan et Esposito étaient là, j'ai de la chance de les avoir comme amis et comme collègues. Ils m'ont ramassées à la petite cuillère, ils m'ont vu mener l'enquête jour et nuit sans me reposer au point que je m'en oubliais, que j'en oubliais ma vie personnelle. Qu'est ce que j'allais devenir, sans lui? C'était impossible. C'était à lui que j'allais me marier, je l'attendais dans la robe que portais ma mère lors de son propre mariage. Mon père était là aussi, heureusement d'ailleurs. Ça me rendait malade de me dire qu'il était peut-être mort, peut-être ailleurs avec une autre femme ou que sais-je encore.

J'ai fini par écouter mon entourage, j'ai finis par refaire ma vie malgré qu'une partie de moi lui appartenait encore. Même maintenant, cette partie de moi lui appartient toujours. Il me l'a arrachée sans scrupule avant de s'enfuir avec. Dire que je suis la femme la plus heureuse au monde est exagéré, bien trop exagéré mais dire que je suis malheureuse serait exagéré. Après tout, je vais accomplir le miracle qu'est de donner la vie. Je vais être maman, avoir un bébé et pourtant... Je me dis que ça aurait du être son bébé, notre bébé. Je ne peux pas dire, je suis très heureuse de ma grossesse. Ça me comble de me dire que j'aurais mon petit bébé alors que de base, je n'en souhaitais pas. Pourquoi j'en aurais voulu? Faire vivre un enfer à un petit être de perdre sa mère comme j'ai perdu la mienne? Je ne voulais pas lui imposer ça mais lorsque le test est revenu positif, je n'ai pas pu me défiler. Elle était là, elle s'accrochait et je l'aimais déjà tellement... Je ne sais pas si c'est ce qu'on appelle l'instinct maternel mais c'est ma fille, c'est une battante et je sais que quoi qu'il arrive dans la vie, c'est l'une des choses que je ne regretterais jamais.

Cette journée devait être classique, je devais simplement gérer ce poste de police et vivre une journée normale en laissant mon passé derrière moi. Apparemment, il en a décidé autrement. Lui, mon passé. Il est là, il vient me frapper violemment en plein visage. Pourquoi? Pourquoi est-il là après tout ce temps? J'essaie de rester calme pour mon enfant ainsi que pour moi mais ça me rend dingue. C'est seulement maintenant qu'il se manifeste? Maintenant qu'il revient à la surface de la terre? Je suis départagée entre la joie, la tristesse, le dégoût, la haine et malgré tout... L'amour. Ces trois mots me rendent complètement dingue, ça me rend malade! Je relève la tête vers lui et le regarde droit dans les yeux. J'ai besoin de vider mon sac, besoin que tout cela puisse enfin sortir et que j'en termine avec cette colère, ces pensées qui me hantent depuis bien trop longtemps.

Désolé de quoi? De m'avoir laissée le jour de notre mariage, de ne pas être revenu plus tôt ou de m'avoir laisser croire que l'homme que j'ai aimé était mort? J'ai cru que tu nous avais quitté, tu te rends comptes de ça? Tu te rends compte du mal que tu m'as fais ou bien ça passe par une oreille et ça ressort de l'autre? Je ne comprends pas pourquoi t'es là... T'as encore mon numéro de téléphone, je suppose? Si c'est juste pour t'excuser, je ne vois pas l'intérêt de ta présence ici... Tu n'imagines pas à quel point ça me rend dingue. Je t'ai aimé plus que tout au monde, je n'ai pourtant jamais eu de tes nouvelles. Tu ne te rends pas compte dans quel état tu m'as laissée, dans quel état on m'a ramassée. Je ne comprends pas, ça me rend dingue. Tu me rends dingue... Lui dis-je sur un ton que j'essaie de garder aussi calme que possible avant de détourner le regard. Je sens les larmes qui montent mais je ne veux rien laisser paraître, pas face à lui. Ces foutues hormones ont intérêt à se calmer comme lui ferait mieux d'avoir une raison valable de sa présence au poste ainsi qu'une bonne excuse pour l'année qui s'est écoulée. Malgré la grossesse, je prend une gorgée de café. Après tout, je n'ai bu aucun café sur toute ma grossesse hors de décaféiné. Un seul café ne me tuera pas.

J'ai pas envie qu'il me voit pleurer, pas envie qu'il voit dans quel état son départ m'a mise et à quel point ça m'a touchée. Je ne veux pas qu'il me touche, ni qu'il me prenne dans ses bras pour me réconforter. Je ne veux pas qu'il pense pouvoir revenir dans ma vie comme il le désire mais d'un côté... Je suis heureuse de voir qu'il est en vie, qu'il est toujours là malgré que ça me blesse de ne pas avoir eu un message ou une visite de sa part un peu plus tôt que maintenant. Je sais qu'il saurait largement comment s'y prendre pour que je cesse de lui en vouloir autant mais je ne veux pas qu'il essaie, pas maintenant. J'ai besoin de temps pour digérer cette nouvelle, pour accepter tout cela. Dans le fond, je devrais peut-être le détester pour tout ça mais je n'y arrives pas. Je tiens encore beaucoup trop à lui pour ça. Il m'a manqué, beaucoup trop même mais... Je ne peux pas lui pardonner comme si de rien était, comme si tout était normal. Si il me connait toujours autant, il le saura. J'avais commencé à reconstruire ce mur afin de me protéger de la douleur et il débarque à nouveau pour le détruire comme si c'était normal, comme si il savait que j'avais besoin de lui quoi qu'il arrive.. Que vais-je faire? Tant de doutes pour une seule personne...


par humdrum sur ninetofive






_________________
Only you can give me that feeling
Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Richard Castle
New-Yorkais

Masculin Aventures vécues : 150
Age : 44
Logement : En couple dans un Loft à Upper East Side avec Kate Beckett et sa fille Alexis
Emploi/étude : Ecrivain
Situation Amoureuse : C'est compliqué

Carte d'identité
Ma santé:
100/100  (100/100)
Situation Actuelle:
Mes amis, mes amours, mes emmerdes:
MessageSujet: Re: I think I just saw a ghost (PV Rick ღ) 5th Mai 2017, 22:29

Comment en est on arrivés là ? Comment ai-je pu disparaître aussi longtemps, comme si de rien n’était ? Et surtout… comment ai-je pu la laisser seule, là, comme un chien, alors qu’on s’apprêtait à se marier ? Moi même, j’admets ne pas avoir les réponses à ces questions qui pourtant me hantent jour et nuit. J’ai beau me repasser le film en boucle, tenter d’y trouver une faille, un quelque chose, même insignifiant de prime abord, qui pourrait, dans un second temps me faire retrouver la mémoire, même par simples déductions, mais rien n’y fait. Je ne sais pas. J’ai peur de ce qui a pu se passer durant ces longs mois d’absence. Pas parce qu’elle a refait sa vie, non. Même si ça me fait un mal de chien. Mais… je me demande pourtant… pourquoi ma mémoire refuse de me donner les explications nécéssaires à ma reconstruction. Qu’ai-je bien pu faire, qui doive nécessiter une telle amnésie ? Cette question là me ronge, elle aussi. Elle me bouffe jusqu’à la moelle. Et bientôt, il ne restera plus rien de moi. Bon sang, ça ne me ressemble pas, de penser ainsi. Mais merde, vous en avez déjà vécu, vous, des traumatismes qu’il vous est impossible de vous souvenir ? On s’imagine le pire, on panique. On doute de soi. Et surtout… on en arrive à douter du passé. Et c’est tout ce qu’il me reste. C’est pour ça, que je suis ici, devant Kate. Pour prouver à la Terre entière que ce passé a bien existé. Et puis j’ai besoin de la voir. Elle me manque terriblement. Jamais je n’avais aimé quelqu’un comme je l’ai aimé. Comme je l’aime. Bien sûr, je ne me fais pas d’illusions. Je ne compte pas un retour à « notre » normale, où l’on était si bien ensemble. D’abord, je l’observe, n’osant rien dire. Il faut dire que c’est assez délicat, comme situation. Je l’observe, et mon dieu, c’est fou comme elle est belle, tellement belle. Radieuse. Et son petit ventre a quelque chose de changé. Les enfants que je rêvais d’avoir avec elle, elle les auras eus avec un autre. Doucement, je souffle, tentant de faire partir ce nœud, noué au fond de ma gorge. Il m’empêche de respirer, m’étouffe. Et j’ai chaud, bien trop chaud. Si chaud que je pourrais prendre feu. Et mon coeur s’emballe, bat à trois mille. Je crois que j’angoisse. Ca ne m’était pas arrivé depuis des années.
Peut être même, si on y réfléchit bien, depuis que Kate a fait partie de ma vie. Bon sang, j’aimerais tout lui expliquer, lui dire pourquoi tout ce temps à rester muet. Mais lorsqu’on a pas les clés soi-même, c’est tout de même assez épineux, comme situation. Alors après un moment à rester silencieux, comme si on apprenait à nouveau à prendre conscience de la présence de l’autre dans la pièce, j’ai fini par lui lâcher que j’étais désolé. Et c’est vrai. C’est tout ce qui m’est passé par la tête. Parce que c’est la chose la plus sincère qui soit. J’aurais aussi pu lui dire combien je l’aime. Mais c’est bien trop facile, et tellement déplacé….

Sa réponse me fait grincer des dents, bien qu’elle ne me surprenne pas vraiment. Je ne pouvais tout de même pas m’attendre à ce qu’elle me saute au cou et qu’on fasse l’amour sur le bureau, là, comme ça, sur un coup de tête. On a tout à réapprendre. Même si ce n’est que pour rester amis, ou connaissances. Mais j’ai besoin de lui parler, je ne peux pas faire comme si rien ne s’était passé, je ne peux pas laisser toute cette histoire reposer sur un silence, aussi lourd de sens soit-il. Une fois mon égo mis de côté, j’avoue que je suis d’autant plus désemparé. J’hésite, chancelle. Je ne sais pas quoi faire. En temps normal, je l’aurais prise dans mes bras, réconfortée. J’aurais dit toutes ces choses qu’il nous était si facile de partager autrefois. Mais là… D’abord, je me mords la lèvre inférieure, cherchant à réunir mes esprits, afin de tenter une quelconque explication. Et puis de guerre lasse, je finis par lui lâcher :

- Je sais que tu as l’impression que je t’ai abandonnée… mais… Kate, écoute moi s’il te plait. Une dernière fois. Et si mes explications ne te convainquent pas, alors je disparaîtrais. Je ne voulais pas te faire souffrir. Et ne crois pas que ça a été une partie de plaisir non plus pour moi. Mais… écoutes je… Cette voiture en flammes, dans laquelle tu as du croire que j’étais mort, c’est tout ce dont je me souviens. Je n’en sais pas plus que toi. Mis à part que lorsqu’on m’a retrouvé, je dérivais en pleine mer et que j’ai failli y passer, déshydratation oblige. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Mais tout ce que je peux te dire, c’est que je n’ai pas arrêté de penser à toi. Et dès la première minute où j’ai pu respirer l’air frais du dehors, rentrer à la maison… je n’ai eu de cesse que de vouloir te retrouver. J’ai voulu t’appeler, j’ai voulu te laisser des messages. Mais j’avais peur… j’avais peur de ta réaction. J’avais peur que tu ne m’aimes plus, peur que tu penses que ce n’était qu’une excuse pour éviter le mariage, et grand dieu, sois assurée que ce n’était pas ça. C’était tout ce dont je pouvais rêver, tu peux me croire. Et si je suis là aujourd’hui… c’est que j’ai enfin décidé de prendre mon courage à deux mains. De venir t’expliquer tout ça en face, pas dans le combiné d’un téléphone. J’avais besoin… je crois que j’avais besoin de te voir.

Je baisse mon regard, les larmes montent. Je ne veux pas pleurer. Je ne veux pas être faible. Ma respiration est toujours aussi saccadée. Mais l’air de rien, je prends une gorgée de mon café, tentant de me calmer. Tout ce que je rêve de faire ? Vomir. M’enfermer dans les toilettes et ne plus jamais en sortir. Mais ce n’est pas la solution. Et ce n’est pas franchement possible non plus, il faut bien l’admettre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Katherine H. Castle
NYPD

Parti politique : Parti démocrate
Résumé de ma vie : "Just please don't say you love me 'cause I might not say it back. Doesn't mean my heart stops skipping when you look at me like that."



"L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. Il pourrait anéantir impitoyablement tout ce qui se trouve en travers de son chemin."


"I may not have carried you for nine months but I will spend the rest of my life loving you, protecting you and doing whatever I need to make you happy."



"Dear daddy, I may find a prince someday but you'll always be my king."


"Dear stepmother, your warmth and understanding, your caring and loving ways are just some of the special things you do to give me happy days."


"Friends are the family we choose for ourselves."





Féminin Aventures vécues : 1265
Age : 37
Logement : Vit en couple dans un Loft à Upper East Side avec Richard Castle et Alexis Castle
Emploi/étude : Capitaine à la Criminelle Service Area 5 #41319
Situation Amoureuse : Mariée à Richard Castle + Ashley, cette merveilleuse petite princesse. ♥

Carte d'identité
Ma santé:
100/100  (100/100)
Situation Actuelle:
Mes amis, mes amours, mes emmerdes:
MessageSujet: Re: I think I just saw a ghost (PV Rick ღ) 14th Août 2017, 23:27






Richard Castle - Katherine H. Beckett
“ I think I just saw a ghost ”



Jamais, jamais je serais capable d'oublier ce jour où ma vie a tourné soudainement au drame. Je n'oublierais pas cette voiture en feu alors que son cadavre n'était pas dedans. Je me souviendrais des conclusions que j'en ai tiré : qu'on l'a tué ou qu'il s'est tout simplement enfui. Après tout, le connaissais-je aussi bien que je ne l'imaginais ? Je m'étais peut-etre tout bonnement trompé sur l'homme que j'allais épouser puisque je me suis retrouvée seule. J'étais mal, très mal lorsque je ne l'ai pas vu arriver mais cet appel m'a bouleversé. Pour moi, l'option de la fuite était plus probable mais après tout, je n'avais plus la tête aux enquêtes, plus la tête à vivre tout simplement. Je me suis laissée aller, sautant des repas, mon esprit étant ailleurs lors des enquêtes. Ma santé en a prit un coup, mon moral était plus bas que Terre. Que me restait-il alors que j'avais perdu la personne qui m'étais la plus chère ?

Pourtant, les mois ont passé et aucune nouvelle de Castle. Je n'ai pas eu le choix que d'avancer dans ma vie, ne pouvant plus me bloquer dans le passé. C'est alors que j'ai rencontré Robert à une soirée où je devais veiller sur lui, et où nous avons fini par coucher ensemble. Cette soirée qui a changé ma vie puisque quelques semaines après j'apprenais cette fameuse nouvelle : je suis enceinte. Incessamment sous peu, je vais accoucher. Ce n'est plus qu'une question de semaines maintenant et j'admettrais que ça me réjouis. Cette petite princesse était un vrai miracle pour moi et jamais je ne me serais imaginée maman. Pourtant lorsque je l'ai vue je n'ai pas pu prendre une autre décision que de mener cette grossesse à terme. J'ai pris ça comme un signe du destin. Maintenant, je suis en couple et j'attend un heureux événement. Que demander de plus ?

Pourtant, c'est aujourd'hui qu'il réapparait. Je ne sais pas comment le vivre, je suis désemparée. Après tout ce qu'il s'est passé c'est maintenant qu'il décide de pointer le bout de son nez ? Seulement maintenant et pas avant ? Non mais j'hallucine ! C'est culotté. Je suis énervée, en colère et il a du le comprendre maintenant. Cependant, j'essaie de rester calme pour cette princesse que je porte alors qu'il me fourni des explications qui sont sensée tout expliquer mais je ne sais pas... Une part de moi est rassurée qu'il ne soit pas volontairement parti tandis que l'autre part ne comprend pas pourquoi il n'est pas venu auparavant. Pourtant la peur de se prendre un râteau ne l'a jamais dérangé au vue de comment il me draguait quand je n'arrivais pas encore à le supporter.

Ce n'est pas qu'une impression. Tu m'as laissée tombée et c'est tout ce que j'en retiens. Tu ne te rends pas compte dans quel état tu m'as mise, tu ne te rends pas compte de ce que j'ai pu vivre en ton absence. Tu ne sais rien parce que tu n'étais pas là ! On aurait dû être mariés à cet instant précis, on aurait dû être heureux ! Cette voiture en flamme ? Mais il n'y avait pas de cadavre dedans. Non, pour moi l'option la plus probable était tout simplement que tu as pris la fuite face à l'engagement. Tu avais peur de ma réaction ? Mais arrête ! Lorsque tu me draguais tu n'avais clairement pas peur de te prendre un râteau mais là tu as soudainement pris peur de la manière dont j'aurais pu réagir ? C'est en écoutant ça que j'ai encore plus l'impression que ce ne sont que des excuses parce que tu ne voulais pas te marier avec moi. Donc c'est seulement maintenant que tu décides de prendre ton courage à deux mains ? Maintenant précisément ? Tu aurais dû venir plus tôt, je t'ai attendu mais j'ai fini par avancer. Je... J'ai refais ma vie avec quelqu'un et comme tu as déjà dû le comprendre, je suis enceinte... J'aurais préféré que tu reviennes me voir plus tôt...

Lui annoncer que j'étais avec quelqu'un d'autre et que j'allais devenir maman était un véritable supplice. Une part de moi l'aime encore, c'est une certitude. Je l'ai aimé comme jamais je n'aimerais quelqu'un mais c'est malheureusement trop tard. Qui plus est, peut-être que lui aussi avait retrouvé quelqu'un, je n'en sais strictement rien et dans le fond ça ne me regarde plus étant donné que nous ne sommes plus fiancés. J'ai assez souffert que pour tout lâcher pour lui, je ne veux plus revivre cette histoire à nouveau. Ça m'a détruite, anéantie et j'ai appris de la leçon. Je baisse le regard un instant vers mon ventre imposant avant de relever la tête. Mon regard croise le sien et ça me rend dingue, ça me rend folle de le voir ainsi. Je me lève et m'approche de lui, posant ma main contre la sienne. J'ai l'impression de rêver et pourtant, le contact de sa peau sur la mienne me ferait l'effet d'un électrochoc.

Tu n'imagines pas comme je suis désolée... Lui dis-je sincèrement. Je n'arrive pas à le quitter du regard. Il m'attire mais je sais que je ne peux pas céder. Je suis avec Robert et l'infidélité ça n'a jamais été quelque chose que j'ai fais. Je ne supportes d'ailleurs pas ça et je veux encore moins l'infliger à un homme aussi génial envers moi que lui.


par humdrum sur ninetofive






_________________
Only you can give me that feeling
Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I think I just saw a ghost (PV Rick ღ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» GHOST ISLAND
» Animation Ghost Stories
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the shell : un remake en live ?
» Ghost in the Shell Arise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York City Police Department :: This is real :: Archivage de Sujets-